La Libre belgique: ACN, un opérateur hors-la-loi? 2004-05-29

logoLaLibre.gif

Télécoms

ACN, un opérateur hors-la-loi?
Mathieu Van Overstraeten(avec Belga)

Mis en ligne le 29/05/2004
- - - - - - - - - - - 

Déjà actif dans 14 autres pays, l'américain ACN se lance en Belgique. Mais déjà, des questions se posent sur la légalité de son système de vente en direct. Ses pratiques font penser à celles d'Euphony, qui a été condamné récemment.

 

 

Ce lundi, Belgacom comptera un concurrent de plus. Il s'agit de l'opérateur américain ACN, qui arrive en Belgique avec de grosses ambitions. Fondé en 1992, ce groupe déjà présent dans 14 autres pays veut s'attaquer d'abord à la téléphonie fixe avant de se lancer ensuite dans la téléphonie mobile, l'Internet et l'énergie.



Avant même le démarrage officiel de ses activités, ACN suscite cela dit beaucoup de questions. Dans tous les pays où il est présent, cet opérateur s'appuie en effet sur ce qu'il appelle «un réseau de représentants indépendants».



Concrètement, cela veut dire que la société vend ses services exclusivement via des agents indépendants. Ces derniers peuvent être n'importe qui puisque pour devenir agent, il suffit de verser la somme de 665 euros. En fonction du nombre de clients acquis et de l'efficacité des nouveaux représentants parrainés, ACN reverse ensuite à ses agents des «commissions» et des «primes».



Primes plus élevées

A priori, il n'y a là rien d'illégal. Le problème est que dans le système complexe mis en place par ACN, il semble plus facile de gagner de l'argent en recrutant de nouveaux agents qu'en acquérant de nouveaux clients. Une «prime d'acquisition client» de minimum 50 euros est ainsi accordée pour chaque représentant parrainé ayant acquis au moins 6 nouveaux clients en moins de 30 jours, alors que les commissions touchées sur les factures des «vrais» clients oscillent quant à elles entre 2 et 8 pc. Autrement dit, avec 6 clients dépensant une moyenne de 20 euros par mois, la commission mensuelle par client ne s'élève qu'à 0,40 euro.



A l'inverse, le système donne l'impression qu'en recrutant de plus en plus de nouveaux représentants, il est possible de grimper rapidement dans la hiérarchie et d'ainsi toucher des «primes d'acquisition» de plus en plus élevées.



Mais ce système ne peut mathématiquement profiter qu'à un petit nombre de personnes. Au plus la pyramide s'agrandit, au plus il est difficile en effet de trouver de nouveaux agents et de nouveaux clients, laissant ainsi très peu de chances aux derniers entrants de récupérer leur mise de départ.



Comme Euphony

Le modèle d'ACN semble en réalité assez proche de celui mis en place il y a quelques années par l'opérateur Euphony. Or, celui-ci a été condamné par deux fois suite à une plainte de Belgacom pour «vente en chaîne», appelée parfois «pyramide d'argent». Il s'agit d'une pratique interdite par l'article 84 de la loi sur les pratiques commerciales, selon lequel «il est interdit d'établir un réseau de vendeurs, professionnels ou non, dont chacun espère un avantage quelconque résultant plus de l'élargissement de ce réseau que de la vente de produits ou de services au consommateur».



Du côté d'ACN, on réfute catégoriquement une quelconque infraction à la loi. «Notre structure n'est pas pyramidale dans la mesure où elle est basée avant tout sur l'acquisition de clients et que nos représentants ne reçoivent des bonus que quand ils acquièrent effectivement des clients», affirme Pascal Clément, un porte-parole de la société.



Et ce dernier de rappeler qu'ACN n'a jamais été condamné dans aucun des pays où il est présent. «Nous sommes venus en Belgique comme dans les autres pays, c'est-à-dire de manière extrêmement transparente, en présentant notre modèle à différentes associations ainsi qu'à des représentants du ministère des Affaires économiques», précise-t-il.



«Shows» de recrutement

Certains autres opérateurs actifs en Belgique ne l'entendent pas de cette oreille. Suivant de très près le cas ACN, ils affirment avoir les preuves nécessaires pour attaquer l'opérateur américain quand le besoin s'en fera sentir.

De son côté, ACN poursuit sa campagne intensive de recrutement d'agents. Depuis quelques semaines, des «shows» à l'américaine sont ainsi organisés à travers le pays pour inciter les gens à débourser les plus de 600 euros nécessaires pour devenir représentants de l'opérateur.



Extrêmement bien ficelées, ces présentations montrent évidemment des exemples de personnes devenues riches en quelques mois, laissant croire ainsi aux spectateurs que bientôt, cela sera aussi leur cas.



Le prochain «show» d'ACN est prévu ce samedi au Heysel. Il devrait attirer à nouveau quelques centaines de curieux. Certaines sources parlent même de 2000 personnes. Avant de signer quoi que ce soit, ceux-ci feraient cependant mieux de lire attentivement les toutes petites lettres des conditions générales: cela pourrait leur éviter des surprises désagréables.



© La Libre Belgique 2004

 

Source: http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/168607/acn-un-operateur-hors-la-loi.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :